Lettre à mon amie Sylvie
1

J’ai dans la tête la chanson des copains d’abord depuis quelques jours:

c’étaient pas des amis de luxe

c’étaient des amis choisis

au moindre coup de Trafalgar,

quand l’un d’entre eux manquait à bord, c’est qu’il était mort,

oui mais jamais son trou dans l’eau ne se refermait

cent ans après il manquait encore

Alors ma Vivie je te remercie des moments drôles et gais que nous avons partagés dans l’enfance dans l’insouciance, lorsque nous partions sacs à dos pour nos 20 ans à l’autre bout du monde sur des plages de rêve.

Nous avons partagé la joies, les rires, des fou rires, on aimait les mêmes choses, la peinture, la vie, les petits restau, rouler pour s’arrêter tous les 10 mètres pour prendre des photos dans les lavandes, dans les montagnes de bride, chiner, blaguer, jouer aux cartes.

Il me reste des journées parfaites,  de joie, de liberté, de bonheur.

On se retrouvait comme l’on s’était quittée,  au même endroit de nos conversations,  les mots reprenaient leur cours, le temps n’existait pas, avec les années, on était encore plus heureuse de ces moments à nous.

Notre weed end d’avril, on ne savait pas que c’était le dernier, a été l’un des plus beaux. Quel merveilleux cadeau,  j’ai eu 2 jours précieux, à  nous.

Je sais que tu es au paradis, car je ne connais pas une personne plus gentille que toi, plus honnête.

Je te remercie d’avoir été mon amie, d’avoir partagé tant de moment de joie avec moi. Je sais que tu me rends visite, nous en avions parlé.

Excuse nous d’être triste, je sais que tu ne voulais pas nous faire de peine.

comme me l’écrivait Stéphanie,

Sylvie était une rebelle, tellement belle, c’était une bouffé de liberté et de joie.

Sorry, the comment form is closed at this time.